PartageNR #12 | Laetitia Langlois, Claire Bertrand et Laurent Bapaume de l’ESCP

Laetitia Langlois, Sustainability Manager ESCP Business School, Claire Bertrand, Head of Digital Innovation et Laurent Bapaume, Head of IT support, de ESCP Business School partagent avec nous l’engagement de leur institution pour un numérique responsable en action.

| Pour commencer, pouvez-vous nous présenter ESCP Business School ?

Fondée en 1819, ESCP Business School a fait le choix d’enseigner un leadership responsable, ouvert sur le monde et basé sur le multiculturalisme européen. Nos campus de Berlin, Londres, Madrid, Paris, Turin et Varsovie sont des tremplins qui permettent aux étudiants d’appréhender cette approche européenne du management. Plusieurs générations d’entrepreneurs et de dirigeants ont ainsi été formées selon la conviction que le monde des affaires peut nourrir la société de manière positive. Cette conviction et nos valeurs : excellence, singularité, créativité et pluralité, guident au quotidien notre mission et s’expriment au travers d’une vision pédagogique qui les rassemble. ESCP accueille chaque année 8000 étudiants et 5000 cadres-dirigeants de 122 nationalités différentes. Sa force réside dans ses nombreux programmes de formations en management général et spécialisé : Bachelor, Master, MBA, Executive MBA, Doctorat-PhD et formation continue qui tous intègrent une expérience multi-campus.

| Pour quelles raisons avez-vous signé la Charte Numérique Responsable ?

En ce qui concerne les systèmes d’information, l’enseignement supérieur vit son tournant numérique depuis quelques années, ce qui soulève de nombreuses questions : du bon usage des données, à l’accessibilité des outils digitaux au plus grand nombre, sans oublier l’impact environnemental de notre consommation informatique, aussi bien matérielle que virtuelle.

Il était donc temps de mettre en place des indicateurs et un suivi et la transformation de nos activités vers un modèle plus durable.

| Comment votre engagement pour un numérique responsable se traduit-il dans votre politique RSE ?

D’un point de vue stratégique et à l’échelle européenne, ESCP s’est fixé des objectifs ESG ambitieux :

  • Audit de l’empreinte carbone de ESCP sur tous ses campus et refonte des processus pour atteindre les objectifs de réduction de 55% du CO2 d’ici 2030 fixés par le Green Deal.
  • 100% de ses étudiants formés aux grands enjeux de la durabilité
  • Diversité et inclusion selon une vision universaliste et méritocratique en variant le vivier de leaders (professeurs et collaborateurs) avec une logique de féminisation accrue et en augmentant la part d’étudiants boursiers à 20% des élèves.

| Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Pour réduire la fracture numérique, parfois, nous n’avons pas de solution « massive ». Par exemple, pendant le confinement, faute d’une connexion suffisante, certains étudiants se sont trouvés en difficulté pour suivre leurs cours et passer leurs examens. Il faut faire du cas par cas et auditer chaque utilisateur laissé de côté (problème d’ordinateur, de bande passante, d’environnement…) ce qui est difficile à mettre en œuvre. Toutefois, les solutions évoluent rapidement. Et nous pensons que nous pourrons leur apporter satisfaction à moyen terme. Nous explique Laurent Bapaume, responsable du support.

| Comment votre organisation contribue-t-elle à la diffusion des enjeux et des bonnes pratiques du numérique responsable auprès de vos parties prenantes externes ?

C’est aussi ce qui concerne l’investissement informatique et audiovisuel, nous avons une logique de marchés publics. Précise Claire Bertrand. Ces derniers sont conclus sur une période de trois à cinq ans. A chaque renouvellement, nous ajoutons des critères RSE dans les cahiers des charges techniques et fonctionnels afin de signifier à nos fournisseurs l’importance que nous accordons à ces questions.

Côté étudiants, l’école propose plusieurs spécialisations sur les enjeux durables où l’empreinte du numérique et les bonnes pratiques y figurent en bonne place. Ajoute Laetitia Langlois. C’est également le cas pour plus électifs, comme “Climate, Energy and Geopolitics » où l’empreinte environnementale et sociale du numérique y est évoquée. Nos étudiants sont d’ailleurs très intéressés par ce sujet, nous avons régulièrement de fin d’études ou des projets collectifs sur l’impact de l’IT.

Nous encourageons également nos étudiants à aller vers ces sujets dans leur choix de carrière professionnelle et avons soutenu l’organisation d’un forum métiers durables l’année dernière au sein de l’école mais également cette année, par une coalition d’acteurs des écoles de commerce : “Ambition transitions”.

Enfin, dans sa communication externe, notamment via son blog “The Choice” , ESCP accorde une place significative aux thèmes de l’inclusion, de la diversité et de la transition écologique. ESCP organise régulièrement des événements, comme le 18 mars où à l’occasion du Cyber World Clean Up Day, la communauté ESCP a été conviée à une conférence, plusieurs ateliers, dont la fresque du numérique.

| Quelles actions en faveur du numérique responsable avez-vous mises en place et dont vous êtes particulièrement fier ?

La Phygital Factory, notre « Lab » dédié à l’exploration des nouveaux usages digitaux s’est récemment convertie à l’animation de fresques du numérique (à destination du staff essentiellement) et organise les Cyber Clean Up challenges. 
En s’associant avec le broker « Ecologic », la Direction de la Transformation Digitale a contribué au recyclage de 2 tonnes de déchets électriques depuis 2022.

| Quelles prochaines actions avez-vous prévues pour progresser dans votre démarche numérique responsable ?

Pour ce qui est de l’urbanisation des systèmes d’information, Christelle Mekuate, en charge de ces questions, estime que  les questions d’inclusion, d’accessibilité et de durabilité des applications sont des sujets qui ne sont pas tous pris en compte. Nous nous sommes donné comme objectif de les mettre en lumière dans l’outil d’urbanisation. On pourra en plus rajouter les points de la charte comme étant des « principes » et les rattacher aux applications, aux responsables, et aux objectifs stratégiques pour simplifier le pilotage et le suivi. »

Dans le cadre du réaménagement intégral de nos campus de Madrid, Turin et Paris-République, l’objectif de réduire de 55 %  notre empreinte carbone a conditionné les cahiers des charges et les  solutions retenues pour ces chantiers.

| Pour terminer, avez-vous un conseil à donner ou une idée forte à transmettre aux signataires de la charte ou ceux qui souhaiteraient s’engager ?

Faire de son mieux ! C’est toujours mieux que ne rien faire…

Découvrez ESCP Business School : https://www.escp.eu/

Interview réalisée par Bastien DUCRUEZET
Responsable de l’animation du réseau des signataires de la charte NR